Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
 
Recherche
 
Fermer
Vous êtes ici :   Accueil » 2nd Crise Politique à Saint-Priest
 
 
Infos Pratique
Nous contacter
Visites

 511968 visiteurs

 9 visiteurs en ligne

Calendrier
Bienvenue sur le site de Thémis Est-Lyonnais - Ville de Saint Priest

Nous avons créé l’association THEMIS Est-Lyonnais au lendemain des élections municipales 2014. Notre objectif est d’offrir aux San Priods la possibilité d’accéder aux informations qui impactent leur quotidien à court, moyen et long terme. Présents à chaque conseil municipal, mais aussi sur le terrain, notre mission consiste, d’une part à analyser et évaluer les projets et les promesses électorales et ...

Pour lire la suite, cliquez ici. 

2nd Crise Politique à Saint-Priest !

2 mois après sa nomination (24-11-2016), le 1er Adjoint Éric FROMAIN démissionne de ses fonctions.

A l’issue du conseil communautaire du 10 Novembre, un membre du groupe métropolitain « Les Républicains » nous informait qu’Éric FROMAIN, 1er Adjoint au maire Gilles GASCON, avait pris la décision de mettre un terme à ses mandats politiques (municipal et métropolitain). En séance du conseil municipal du 24-11-2016, Éric FROMAIN a confirmé sa volonté de démissionner de ses fonctions de 1er adjoint à la finance. Ses propos étaient chargés d’amertume et d’incohérences. Selon les explications qu’il a fournies dans l’hémicycle municipal, nous nous interrogeons sur les raisons qui l’ont conduit à vouloir conserver un simple poste de conseiller municipal sans délégation.

  

Adjoints_x3b.jpg

Éric FROMAIN était membre du groupe d’opposition UMP sous la mandature de Martine DAVID. Il faisait également partie des proches de Gilles GASCON, c’est pourquoi il s’est lancé dans la bataille des élections municipales de 2014 à ses côtés. Il ambitionnait déjà d’occuper le poste d’adjoint aux Finances ainsi qu’un poste de conseiller métropolitain. Il était déjà au fait de la charge qui allait lui incomber. Lorsqu’il a annoncé qu’il démissionnait de ses fonctions, il a argué que ses obligations professionnelles et familiales n’étaient plus compatibles avec son activité politique locale. Pour autant, il affirme être capable de continuer à assumer ses responsabilités de conseiller métropolitain. Face à ce revirement important de situation, il est aisé de remettre en question tous les arguments qui ont été mis en avant. Aujourd’hui encore plus qu’avant nombreuses sont les questions qui se posent quant à l’évolution de l’organisation de cet exécutif. Tous les doutes sont permis !  

Cette nouvelle résonne comme un coup de tonnerre politique, d’autant plus que Gilles GASCON est dans l’incapacité d’expliquer cette nouvelle démission ; c’est inédit sur la commune de Saint Priest ! Avec le départ de Catherine LAVAL, puis celui d’Éric FROMAIN (ses 2 premiers adjoints) comment Gilles GASCON va-t-il pouvoir justifier ce nouveau séisme qui touche sa majorité municipale pour la quatrième fois ? Cette démission fait suite aux 3 précédentes et à celle des 10 personnes qui avaient quitté son équipe durant la campagne. En effet, ces sympathisants avaient décelé très tôt le manque de fiabilité du personnage ainsi que son incapacité à gérer une ville de 43 000 habitants.

C’est avec détermination et sans état d’âme, qu’Éric FROMAIN a décidé de quitter ses fonctions d’adjoint aux Finances Publiques tout en conservant son poste de conseiller métropolitain. Cette décision résulte d’une nouvelle discorde au sein de cette majorité, d’une bataille d’égos entre élus, d’un désaccord profond dans la politique conduite par Gilles GASCON, d’un manque de leadership… Aujourd’hui Eric FROMAIN renonce à ses responsabilités locales alors qu’il tient à conserver son poste de conseiller métropolitain, ce qui démontre son désintérêt pour la ville de Saint Priest et les San Priods qui ont voté pour la liste UMP en 2014.

  

icone_pdf_square.jpg Article du Progrès : Du remous à l'UMP, une dizaine de militants ont quitté le navire.
icone_pdf_square.jpg Article : Catherine Laval, première adjointe au maire, claque la porte !
icone_pdf_square.jpg Article du Progrès : Pourquoi Eric FROMAIN a démissionné.

Selon nos sources, une violente dispute a éclaté à la mairie entre les intéressés et ce en présence du personnel. Il n’est plus possible pour Éric FROMAIN d’assurer ses missions car il ne se sent plus en phase avec le Maire Gilles GASCON. Il ne comprend plus sa politique, il n’a plus confiance en lui et il ne supporte plus ce qu’il est devenu. Il ne souhaite pas trahir ses valeurs et ses convictions.

Excédés par le comportement de Gilles GASCON, les habitants des quartiers Manissieux, La fouillouse, Revaison, Bel Air 1-2-3, Louis Braille, Bellevue, Vert Pré… s’accordent à dire que lorsque l’on débute dans le métier, on ne peut pas être Maire et indisponible les trois quarts du temps lorsqu’il s’agit d’écouter et de régler les problèmes des administrés ! Les mandats qu’il cumule ne profitent pas à Saint Priest… En résumé, les problèmes sont traités à la hussarde, avec désinvolture, superficiellement, ce qui handicape le bon fonctionnement de la commune. Il n’y a rien d’étonnant à ce que les San Priods se sentent frustrés, trahis et de plus en plus nombreux à douter des compétences de Gilles Gascon et de son exécutif.

En conséquence, la gestion communale est devenue une gestion à la petite semaine ; on pare au plus pressé, on est au niveau de la bricole à réparer, dans une politique de « coups » à réaliser au fil des opportunités, à saisir ou non ; tout est brouillon : ce qui est décidé un jour est défait le lendemain ; on est dans l’incohérence et non dans le projet. A titre d’exemple, lorsque les élus des groupes d’oppositions demandent les documents publics des travaux prévisionnels en lien avec l’amélioration de la qualité de vie sur la commune, il n’y en a pas ; et peu importe l’importance du projet ou de la personne qui le demande ou le hasard, l’exécutif dit non ! C’est le choix du prince et celui de l’injustice. Pas de débat, pas de réflexion globale, les intérêts personnels l’emportent sur l’intérêt général.

Cela se double de pratiques anti-démocratiques : nos sources évoquent les domaines réservés du Maire Gilles GASCON (foncier, urbanisme, travaux, affaires commerciales…) qu’il ne traite qu’avec son cabinet ou ses conseillers (proches ou extérieurs privés). Elles dénoncent aussi la mise à l’écart d’adjoints, le manque de considération de leur travail, l’ingérence inopinée dans leur délégation. Elles font état de la sous-information des conseillers municipaux, certains étant laissés en déshérence ; nous rappelons que c’est une équipe qui a été élue.

Un adjoint qui a souhaité garder l’anonymat témoigne :

« Je pensais que le maire nous aiderait, qu’il nous conseillerait, qu’il nous soutiendrait dans notre tâche, d’autant plus que pour la plupart d'entre nous, c’est notre premier mandat. Seulement, on a vite déchanté et moi le premier », explique-t-il, plutôt amer. Et d’enchaîner : « Je me suis vite aperçu qu'on travaillait tout seul ! Le plus décevant dans tout ça, c'est que le maire fonctionne en totale autocratie, ne concerte personne, choisit tout seul ou presque. Il opère des choix en dépit du bon sens. Avec lui, c’est toujours le dernier qui a parlé qui a raison ! Parce qu'il est le maire, il s'estime légitime. Mais cela ne devrait pas l'empêcher de consulter son équipe, c’est-à-dire les colistiers qui l’ont élu. Nous excellons dans la médiocrité, les conseils municipaux sont du niveau de la cour de récréation ; J’ai souvent honte de ce que je vois, de ce que j’entends ! Une grande partie des chantiers sont menés sans directive, Gilles agit comme il l'entend et prend les décisions, seul. Sa méthode s’apparente à ce que personne n’aimerait trouver sous la semelle de ses chaussures ».

A cela s’ajoute le comportement inadmissible du premier magistrat, mélange d’agressivité, de copinage et de perte de sang-froid. Nous ne pouvons que dénoncer la manière dont le Maire a « viré » ou « laissé partir » sa 1ere adjointe & Conseillère Communautaire Catherine LAVAL.

La décision d’Éric FROMAIN serait donc la résultante d’une différence entre 2 politiques mais aussi d’un différend entre 2 hommes. Probablement que plus de présence, d’écoute, de respect, de justice, de démocratie et de mise en place d’un projet plus global à l’échelle de la métropole aurait évité cette hécatombe si prévisible ! Aujourd’hui, Il ne reste plus grand-chose de l’esprit de ce mandat et c’est avec indifférence qu’Éric FROMAIN a pris sa décision. Il ne veut plus cautionner la politique du Maire qui n’est plus aux yeux des San Priods « porteur de l’avenir » de notre ville. Peut-être Éric FROMAIN aura-t-il le courage de reprendre sa liberté d’expression et un jour de dire tout haut ce qu’il pense tout bas ? Sera-t-il encore disponible pour mettre son expérience au service d’un maire inexpérimenté et incapable à ce jour de décider et de gérer une commune de 43 000 habitants ?

Le 08 septembre 2016 au soir se tenait un conseil municipal extraordinaire pour d’une part, nommer le nouveau 1er adjoint et d’autre part, pour annoncer la démission de JM. AÏBAR. Éric FROMAIN (adjoint à la finance) remplaçait donc Catherine LAVAL, ex-première adjointe lâchement éjectée du groupe « Les Républicains ». En nous référant à la liste des candidats au conseil communautaire déposée par Gilles GASCON, Messaouda El FALOUSSI héritait du poste de conseillère métropolitaine occupé jusqu’à présent par Catherine LAVAL. ( http://proxiti.info/election-municipale-2014).

  

Classement__Elus_Metropole.png

  

La mise en scène à laquelle nous avons assisté en séance du conseil municipal démontre qu’Éric FROMAIN n’a pas totalement démissionné de tous ses mandats politiques comme il l’avait prévu et annoncé le soir du 10 novembre 2016 en conseil métropolitain, car une personnalité politique l’aurait probablement dissuadé de ne pas abandonner ce second poste à un conseiller métropolitain UDI (Habib DARWICHE pour ne pas le citer), parti pourtant inexistant dans le paysage politique San Priod. Notons au passage, que la démission d'Eric FROMAIN aurait permis l'intégration de Sabahe KHEMARI au conseil municipal. Le voulaient-ils vraiment ?

Pour votre information, en début de mandat, Gilles GASCON a créé une délégation « d’adjoint au culte » sur mesure, pour M. Habib DARWICHE alors que celle-ci n’existe nulle part ailleurs en France. Cette manœuvre précise et intéressée servait un objectif : assurer sa réélection en 2020 en gardant le contrôle d’un électorat composé essentiellement de musulmans pratiquants de la mosquée située boulevard des roses ; une manœuvre que Philippe Meunier affectionne particulièrement.

Les républicains et particulièrement Philippe COCHET (Député/Maire/Conseiller Métropolitain – LR), Philippe MEUNIER (Député/Conseiller Régional – LR), Michel FORRISSIER (Sénateur/Maire – LR), Laurent Wauquiez (Responsable LR/Maire/ Conseiller Régional) … apprécieront sûrement la stratégie du maire Gilles GASCON, son incapacité à manager, à décider, son incompétence politique et son manque d’anticipation même à court terme.

En 2 ans et demi de mandat, Gilles Gascon aura usé deux « 1er adjoint » et deux conseillers municipaux : un record historique dans la vie politique de Saint-Priest. Malgré les avertissements répétés des démissionnaires, Gilles GASCON n’a pas encore compris que remporter des élections est une chose, mais qu’administrer une ville et ses habitants nécessite des compétences qu’il n’a malheureusement toujours pas acquises.


Date de création : 26/11/2016 09:03
Catégorie : -

Finances de St Priest

Métropole de Lyon

Conseil Municipal

 ↑  
Rubriques

Urbanisme

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.