Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
 
Recherche
 
Fermer
Vous êtes ici :   Accueil » Crise Politique à Saint-Priest
 
 
Infos Pratique
Nous contacter
Visites

 511968 visiteurs

 9 visiteurs en ligne

Calendrier
Bienvenue sur le site de Thémis Est-Lyonnais - Ville de Saint Priest

Nous avons créé l’association THEMIS Est-Lyonnais au lendemain des élections municipales 2014. Notre objectif est d’offrir aux San Priods la possibilité d’accéder aux informations qui impactent leur quotidien à court, moyen et long terme. Présents à chaque conseil municipal, mais aussi sur le terrain, notre mission consiste, d’une part à analyser et évaluer les projets et les promesses électorales et ...

Pour lire la suite, cliquez ici. 

Crise Politique à Saint-Priest !

Gille GASCON débarque sa 1ère adjointe Catherine LAVAL

Crise politique à Saint Priest (Rhône). Le maire Gilles GASCON, proche de Philippe Meunier, a décidé de révoquer sa première adjointe. En effet, la commune de Saint Priest n'a plus de première adjointe depuis mi-juillet 2016. Catherine LAVAL, convoquée et informée verbalement, a été contrainte et forcée de « mettre un terme à son mandat ». Gilles GASCON (LR), maire depuis Mars 2014, est incapable d’expliquer sa position, son geste, sa décision. « Catherine LAVAL serait dorénavant plus en mesure de gérer les missions que lui aurait confiées le maire Gilles GASCON, cet imposteur d’une incompétence sans précédent » lâche un de ses plus fidèles soutiens, écœuré de ce putsch orchestré par Éric FROMAIN.

Pour se justifier, Gilles GASCON prétend que Catherine LAVAL n’arrive plus à conjuguer sa vie familiale et sa vie professionnelle avec sa vie d’élue (LR). Il va jusqu’à postuler que l’entreprise Peugeot LAVAL rencontrerait des difficultés qui nécessiteraient plus de présence et de disponibilité de Catherine LAVAL. Sauf qu’aujourd’hui, la 1ère adjointe est sortie de son silence pour donner une partie de sa version des faits. Ses révélations renvoient notre adepte inconditionnel du mensonge politique, Gilles GASCON, à son irresponsabilité et son manque de courage. (Lire article du progrès ci-dessous).

icone_pdf_square.jpg Article : Catherine Laval, première adjointe au maire, claque la porte !

  

Adjoints_x4.jpg

Selon une autre élue qui a souhaité garder l’anonymat, « la personnalité de Catherine LAVAL représenterait un obstacle certain pour Éric FROMAIN » ; « Il pense qu’il est malin, en fait il est fourbe ; Il manipule son entourage et particulièrement le maire. Si nous n’adhérons pas à ses « consignes » alors il conspire et il utilise les membres du groupe de la majorité pour écarter définitivement la menace. Mais quelle est cette menace qui pourrait l’empêcher de faire quoi ? ».

Gilles GASCON a donc, après concertation avec les adjoints putschistes, décidé de retirer les délégations à Catherine LAVAL pour des raisons obscures, infondées et malsaines : une mésentente qui, au fil du temps, s’est exacerbée au sein de l’équipe d’adjoints et en a perturbé l’organisation. Cet évènement est sans précédent dans l’histoire et la vie politique de Saint Priest ! Depuis plusieurs mois, notre association dénonce le manque de leadership et de compétences du maire Gilles GASCON qui aujourd’hui se traduit d’une part, par la révocation de sa 1ère adjointe et d’autre part par sa capitulation face aux pressions exercées par une minorité d’élus (LR).

Cette situation n’est pas nouvelle. Celles et ceux qui en Décembre 2013 ont préféré quitter Gilles GASCON et son « groupe » se souviennent encore de cette pratique déjà employée lors de la campagne des municipales 2014. En Septembre 2013, sous la pression (et manipulations) d’Eric FROMAIN et Catherine LAVAL, Gilles GASCON faisait usage de propos diffamatoires et mensongers à l’encontre de piliers intègres de son équipe de campagne les contraignant ainsi à partir. En Décembre 2013, à l’issue d’une réunion provoquée par une dizaine de membres de cette même équipe, des vérités ont émergé provoquant une deuxième vague de départ (plus de dix membres).

icone_pdf_square.jpg Article du Progrès : Du remous à l'UMP, une dizaine de militants ont quitté le navire.

Toutes ces personnes représentaient un obstacle (ou un danger) pour le triumvirat GASCON - LAVAL FROMAIN. Aujourd’hui, Catherine LAVAL se retrouve de l’autre côté de la barrière et subit à son tour les effets pervers d’une pratique au service d’ambitions personnelles. Éric FROMAIN a profité et profite toujours de l’incompétence du maire Gilles GASCON pour sévir et mener à bien ses manigances. Ceci démontre encore une fois l’incapacité du maire Gilles GASCON à gérer une équipe (et donc une ville de 43 000 habitants) et son aisance à abdiquer dès la moindre difficulté (ex : Projet de la Ferme Berliet annulé sous la pression des habitants).

Celles et ceux qui avaient décelé en Éric FROMAIN son côté manipulateur ne s’étaient pas trompés.  C’est parce que Gilles GASCON préfère s’appuyer sur des personnes telles qu’Éric FROMAIN que cette équipe se désagrège sauf qu’aujourd’hui les loups se mangent entre eux jusqu’au jour où il n’en restera qu’un…

En plus de ce limogeage en règle, la ville de Saint Priest a aussi dû faire face à une série de remplacement de directeurs de service qui ont préféré partir exercer leurs talents ailleurs. Selon nos informations, Gilles GASCON met certains collaborateurs et adjoints de côté. « Il veut prendre seul toutes les décisions, nous sommes parfois au courant de rien. Il ne nous met pas au courant des affaires courantes et des projets. Dans ce cas qu’il s’expose et qu’il prenne la parole ! Je termine ce mandat et ensuite je ne veux plus entendre parler de politique ».

En un peu plus de deux ans de mandat, Gilles GASCON n’a pas encore compris que le Maire d’une ville est plus qu’un chef d’entreprise. Dans le cadre de sa mission, le maire doit produire des services publics de qualité en investissant à bon escient l’argent public, c’est-à-dire celui du contribuable. Il doit être le gérant (représentant) d’une population qui est à la fois son client (administré) et son patron (électorat). Pendant sa campagne, Gilles GASCON s’appuyait sur les valeurs, les qualités humaines et personnelles que se doivent d’avoir le maire et les membres de son équipe pour se distinguer de ses rivaux. Aujourd’hui, deux ans et demi après, nous constatons qu’il ne s’agissait que de vaines paroles auxquelles bon nombre d’entre nous ont cru. Celles et ceux qui se sont engagés dans cette campagne électorale l’avaient fait pour deux raisons bien précises : la 1ère était de battre Madame DAVID et proposer un nouveau modèle politique. La deuxième était de redonner « la parole » aux San Priods. Depuis son élection, Gilles GASCON n’a fait que satisfaire son entourage très proche, répondre à des demandes isolées, être le pantin de Philippe Meunier, la cavalière d’Eric FROMAIN en reléguant ainsi l’intérêt général au second plan.

Nous nous souvenons notamment de ces réunions publiques où les propos suivants furent tenus : « Je serai le maire de tous les San Priods », « pas question de m’enfermer dans une tour d’ivoire, ma porte sera toujours ouverte », « les élus auront accès à toutes les informations » … Beaucoup ont approuvé ses propos qui s’apparentent aujourd’hui à des promesses de GASCON !

Voilà les raisons pour lesquelles plus de 10 San Priods, et pas des moindres, avaient décidé de mettre un terme à leur engagement auprès de Gilles GASCON pendant la campagne des municipales en décembre 2013. A l’époque, ils avaient décelé l’instabilité du candidat Gilles GASCON, des incohérences et des propos mensongers dans les discours tenus, sa méconnaissance des dossiers de la ville, son incapacité à diriger une équipe, à formuler des réponses cohérentes et pertinentes, ses difficultés à proposer des solutions adaptées et d’en mesurer les conséquences. Ils avaient pris conscience de l’ampleur de l’imposture du candidat Gilles GASCON.  Si Catherine LAVAL avait pris le temps d’entendre et d’écouter ces personnes, alors elle n’aurait pas eu à subir les manipulations orchestrées par Eric FROMAIN (adjoint à la finance). Il faut toujours écouter sa raison, cela évite bien des surprises et des désagréments !

Concernant la disponibilité du maire envers les San Priods, les électeurs ont très vite constaté que le premier magistrat Gilles GASCON n’avait plus rien en commun avec le candidat aux élections municipales de 2014. Anne nous confie : « C’est n’est plus le même homme. Il est devenu froid et calculateur, n’ayant rien à voir avec l’image bon enfant en culotte courte qu’il veut véhiculer auprès des habitants du Quartier Bel Air. L’individu est en fait un manipulateur. L’exercice du pouvoir l’a rendu orgueilleux, tant pis pour lui ! Certaines populations ne trouvent plus grâce à ses yeux, sa formule favorite à propos de l’avis des San Priods étant « On s’en fout », une façon bien peu démocratique de s’occuper de ses concitoyens. Les décisions sont très souvent prises impulsivement et sans retour en arrière possible. »

Un colistier (LR) nous rappelait fort justement qu’ils avaient, durant la campagne, convenu de ne pas hésiter à se reprendre mutuellement si l’un d’eux se montrait « défaillant ». Depuis, Alain TORRES a démissionné, certains adjoints et conseillers perdent confiance. Dans tous les cas, ceci vaut aujourd’hui à Catherine LAVAL cette mise en « lumière » qu’elle n’a jamais recherchée bien au contraire.

Mais il ne faut pas oublier que durant la campagne, le poste de 1ère adjointe était un des objectifs politiques de Catherine LAVAL, celui de Maire, un jour, peut-être. Alors, poussés par leur instinct grégaire, Gilles GASCON et Éric FROMAIN ont fait d’elle une « paria ».

Certains se demandent sans doute pourquoi Catherine LAVAL a démissionné sans bruit « pour convenances personnelles ou désaccords profonds ». Peut-être ne l’a-t-elle pas fait ou bien le chantage exercé par le putschiste Éric FROMAIN n’a pas laissé de place à la négociation. Regrette-t-elle son soutien plein et entier à Gilles GASCON et à Éric FROMAIN ? Éric FROMAIN et Gilles GASCON ne se seraient-ils pas entendus sur une série de décisions, créant une ambiance tendue et délétère au sein de la majorité LR de Saint Priest ? Cette situation aux pratiques étranges cacherait-elle d'autres mises au placard ?

Monsieur GASCON qui n’a ni honneur ni intégrité, ne considère pas le fait de démissionner ou de dénoncer les dysfonctionnements comme une marque de courage et ce quel qu’en soit le prix. Contrairement aux bruits que font courir des esprits mal intentionnés, Catherine LAVAL n’a pas « pété les plombs ». Depuis la prise de fonction de Monsieur le maire, fort heureusement, d’autres alternatives sont en train de se construire sur Saint Priest. L’heure est au travail, pas et plus aux ambitions personnelles.


Date de création : 31/08/2016 08:18
Catégorie : -

Finances de St Priest

Métropole de Lyon

Conseil Municipal

 ↑  
Rubriques

Urbanisme

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.