Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
 
Recherche
 
Fermer
Vous êtes ici :   Accueil » Budget de St Priest - 2014
 
 
Infos Pratique
Visites

 488012 visiteurs

 21 visiteurs en ligne

Calendrier
Bienvenue sur le site de Thémis Est-Lyonnais - Ville de Saint Priest

Nous avons créé l’association THEMIS Est-Lyonnais au lendemain des élections municipales 2014. Notre objectif est d’offrir aux San Priods la possibilité d’accéder aux informations qui impactent leur quotidien à court, moyen et long terme. Présents à chaque conseil municipal, mais aussi sur le terrain, notre mission consiste, d’une part à analyser et évaluer les projets et les promesses électorales et ...

Pour lire la suite, cliquez ici. 

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://themis-estlyonnais.fr/data/fr-articles.xml

Le budget de la ville de Saint Priest. (Source - Services de la ville Février 2014).

95,5 millions d’euros, tel est le montant du budget voté le 30 janvier dernier par le conseil municipal pour l’année 2014. Parmi les priorités affichées : l’éducation, la solidarité et la jeunesse, ainsi qu’une importante part d’investissements.

1- D’où vient l’argent de la ville ?

Près de la moitié des 64 millions d’euros de recettes attendus en 2014 provient des impôts locaux (taxe d’habitation et taxe foncière). Viennent ensuite l’attribution de compensation versée par le Grand Lyon (18,5 millions d’euros) et des dotations de l’État (6,7 millions). Les services de la Ville (restaurants scolaires, cinéma, piscines, etc.), de plus en plus fréquentés, affichent une hausse des recettes de 130 000 euros malgré des tarifs gelés. La commune reçoit aussi des subventions en hausse d’autres collectivités et d’organismes comme la Caisse d’allocations familiales.

2- quelles étaient les principales dépenses ?

Sous l’ancienne municipalité, avec un budget de fonctionnement de 56,1 millions d’euros, Saint-Priest confortait ses missions de service public. Près d’un quart des dépenses (12,2 millions d’euros) étaient consacré au secteur scolaire, pour le fonctionnement des 16 écoles de la ville mais aussi pour la restauration scolaire, les transports etc. Le poste du social et de la petite enfance arrivait en 2e place avec 13,6 % des dépenses, avec une attention toute particulière accordée aux crèches et garderies (3,9 millions d’euros). Enfin, 7,6 millions d’euros sont affectés à la jeunesse et aux sports et garantissaient notamment le bon fonctionnement des équipements sportifs, de quartiers et des centres de loisirs.

En 2014, la vie associative n’était pas en reste avec des subventions augmentées de 85 000 euros, notamment en faveur des structures socio-éducatives ainsi que de la nouvelle épicerie solidaire, l’Épi San Priod, qui a ouvert ses portes au printemps 2014.

3- quels étaient les gros chantiers prévus en 2014 par l’ancienne majorité ?

Ce sont 30,5 millions d’euros que la Ville aurait dû investir cette année, soit près du tiers de son budget global. Côté travaux, l’opération Cœur de Saint-Priest gagne en ampleur avec le chantier du mail de centre-ville et celui du groupe scolaire Brenier qui durera jusqu’à début 2015. D’autres écoles ont fait l’objet de travaux ou d’études en 2014, comme à Édouard Herriot (rénovation), Mi-Plaine (poursuite du chantier débuté en 2012) et Berliet.

La Ville voulait investir aussi pour répondre aux besoins croissants des San-Priots en termes de services et de loisirs mais la nouvelle majorité en a décidé autrement. Ainsi, le projet de création :

  • du parc urbain Nelson Mandela,
  • de la crèche La Coccinelle (65 berceaux),
  • de la zone de loisirs de Berliet
  • ou encore l’implantation d’une maison de santé à Bel Air ont fait l’objet d’annulation systématique par Gilles GASCON en 2014.

4- Comment la commune fait-elle face à la crise ?

Sous l’ancienne majorité, la situation des finances de Saint-Priest tranchait avec la conjoncture nationale. La Ville affichait un budget maîtrisé et dynamique, un niveau d’investissement élevé ainsi qu’une dette faible. Une attention particulière avait tout de même été portée à la maîtrise des crédits de service. Dans le cadre du redressement des finances publiques nationales, Saint-Priest, comme toutes les collectivités de France, a vu sa part de dotation reçue de l’État diminuer (-470 000 €) en 2014 et 1.2 M€ en 2015.

Afin d’aider les San-Priods durement confrontés aux effets de la crise, la Ville avait augmenté la subvention allouée au centre communal d’action sociale (CCAS) de 2 % pour atteindre 2,17 millions d’euros. Autre mesure solidaire, les tarifs municipaux n’avait pas augmenté 2014.

Pour 2015, la nouvelle majorité a décidé d’augmenter les tarifs municipaux de 10 % sur deux ans, puis de 3% par ans jusqu’à 2020.

5- Quelle est la part de la dette ?

Sous l’ancienne majorité, la part de la dette de Saint-Priest en 2014 était de 95 €/habitant, soit 10 fois moins que la moyenne nationale (1 039 € par habitant). Au 31 Décembre 2014 celle-ci s'élevait à 280 € par habitant soit une augmentation de 294 %. La Ville s’était largement désendettée ces dernières années afin de faciliter sa capacité d’emprunt pour des opérations d’envergure, tel le renouvellement du centre-ville Cœur de Saint-Priest, aujourd’hui lancé.

En 2014, la Ville pouvait recourir à l’emprunt à hauteur de 15 millions d’euros. Sa capacité d’autofinancement des investissements restant tout de même élevée, avec 7,9 millions d’euros. Ce ne sera plus le cas en 2015.

6- Les taux d’impôts locaux vont-ils augmenter ?

En 2014, pour la 5e année consécutive, l’ancienne majorité avait décidé de ne pas augmenter le taux de ses impôts locaux. Mais la revalorisation de la base fiscale sur laquelle ce taux est appliqué, décidée au niveau national, aurait pu faire évoluer la somme due par les contribuables.

En 2014, Gilles GASCON promettait qu’il diminuerait cette taxe de 2% à partir de 2015 (source Le progrès – CG) car il estimait que cette augmentation avait injustement été appliqué au San Priods en 2009. Cette promesse électorale ne sera probablement pas tenue ; en effet cette mesure engendrera une perte fiscale d'environ 600 000 € / an.

7- Comment la ville préparait-t-elle la mise en place des nouveaux rythmes scolaires ?

En septembre 2014, les écoliers San-Priods adoptaient la semaine de quatre jours et demi avec de nouveaux horaires. La Ville avait prévu de renforcer ses moyens financiers et humains pour proposer un accueil périscolaire de qualité dans toutes les écoles.

290 000 euros devaient être consacrés en 2014 pour à renforcer l’équipe d’animateurs et à développer de nouvelles activités à partir de septembre 2014. En parallèle, trois coordinateurs du temps périscolaire devaient être recrutés afin de chapeauter cette nouvelle organisation.

Répartition des dépenses de fonctionnement (56,1 millions €)

A - Scolaire : 12 233 663 €

B - Culture : 4 948 800 €

C - Jeunesse et sports : 7 602 307 €

D - Social / petite enfance : 7 681 408 €

E - Cadre de vie et urbanisme : 5 589 134 €

F - Vie civile / sécurité / communication : 4 529 242 €

G - Dette : 350 000 €

H - Administration générale : 7 827 431 €

I - Support technique des services : 5 360 631 €

Repartition2014.png

COMPTE ADMINISTRATIF

Le 26 juin dernier, le conseil municipal a adopté le compte administratif 2013 qui fait état des dépenses et recettes de la Ville effectivement réalisées durant cette année.

Informations financières et ratios

Ces chiffres concernent la situation financière de la commune. Ils constituent des éléments d’information sur le budget communal que toute Ville est tenue de communiquer. (Chiffres budget 2014 – Source : service des finances de la Ville de Saint-Priest).

  Prévisions     Réalisées  
Dépenses réelles de fonctionnement/population 1317,15 € 1222,88
Produit des impositions directes/population 664,18 € 653,09 €
Recettes réelles de fonctionnement/population 1501,34 € 1542,52 €
Dépenses d'équipement brut/population 717,65 € 645,46 €
Encours de la dette/population 95,03 € 280,00 €
Dotation globale de fonctionnement/population 156,40 € 169,61 €
                                                                   
Dépenses de personnel/dépenses réelles de fonctionnement 57,09 % 57,42 €
Coefficient de mobilisation du potentiel fiscal 105,32% 76,71%
Dépenses de fonctionnement et remb. dette en capital/recettes réelles de fonctionnement 88,32 % 79,77%
Dépenses d'équipement brut/recettes réelles de fonctionnement 47,80 % 41,84%
Encours de la dette/ recettes réelles de fonctionnement  6,33 % 6,18%

           

      

Répartition des dépenses de fonctionnement

depenses-fonctionnement_01.jpg

Répartition des dépenses de réelles d'investissement

depenses-investissement.jpg

Subventions accordées par la ville :

Dans le cadre de la continuité républicaine, la ville de Saint Priest soutien  l'animation et à la vie locale en accordant chaque année des subventions aux associations et organismes San-Priods.

Liste des subventions accordées en 2012 : icone_pdf_square.jpg Télécharger


Date de création : 09/01/2015 21:40
Catégorie : -


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Finances de St Priest

Métropole de Lyon

Conseil Municipal

 ↑  
Rubriques

Urbanisme

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.